Les professionnels du spectacle vivant ont la possibilité de suivre à l'Ensatt une formation intensive diplômante (de septembre au 30 juin suivant) préparant au métier de costumier de spectacle.


Ce parcours se dédouble en deux options correspondant à deux spécialités métier -avec un temps de formation transversal- celles de :

- coupeur

- réalisateur et régisseur de production


L’ambition est de former des professionnels spécialisés également capables d’une certaine polyvalence afin de répondre aux adaptations d’un métier en évolution, qui exige des compétences nouvelles.


Ce parcours délivre le diplôme ENSATT de niveau II (bac+3) et une Licence professionnelle mention "technique du Son et de l’Image" délivrée par l'Université Lyon2, inscrite de droit au RNCP, niveau II et éligible au CPF. Il est référencé par le CARIF Via Compétences.


Précurseur de la loi sur la Formation Tout au Long de la Vie (FTLV), l'enseignement est dispensé depuis 2006 dans une mixité assumée des publics, à un groupe composé conjointement de stagiaires de la formation professionnelle continue et d’étudiants en formation initiale dans une perspective stimulante de croisement de cultures et de confrontation des pratiques et des pensées.


Le volume de formation est de 35 heures hebdomadaires réparties sur deux semestres. Le programme alterne des temps de cours magistraux, de conférences, de visites, de rencontres professionnelles, de recherche artistique pluridisciplinaire, de cas d’études et de travaux pratiques sur la réalisation de spectacles.


Ce programme est coordonné par Laurence BLAVETTE. La formation est dispensée par des professionnels du spectacle en activité ainsi que par des intervenants permanents de l'école.


Télécharger le programme de formation costumier. option réalisateur et régisseur de production (pdf)
Télécharger le programme de formation costumier option coupeur (pdf)

Accès à la formation :

Le professionnel intéressé peut, sans condition d’âge, postuler aux examens d’entrée. La participation à cette formation requiert du candidat une culture artistique et une culture du costume historique, le goût pour le travail en autonomie et en en équipe.



L’enseignement exige du stagiaire qu’il soit disposé à questionner ses pratiques et savoirs antérieurs.

Il est conçu pour :

- faciliter une évolution ou une transition professionnelle,

- dispenser des apprentissages complémentaires (technologiques ou spécialisés),

- actualiser des connaissances métier,

- développer des aptitudes de collaborateur du projet artistique.



Objectifs pédagogiques :

Parcours Costumier, option Coupeur

Le métier consiste à proposer à l’artiste, une mise en volume de la maquette et à transcrire et transmettre à l’équipe toutes les informations nécessaires à la réalisation du costume.

Il est expert en coupe sur mesure, gradation et adaptation à des réalisations en série, organisation d’une réalisation et capacités à transmettre ses processus dans les domaines du flou, du tailleur, de la corseterie et du montage en série.

A l’issue d’une année d’études, le costumier coupeur est capable en autonomie de créer sur mesure des patrons de costumes de spectacle comme de concevoir et transmettre leurs montages à un costumier réalisateur.

Il sait choisir tous tissus techniques et fournitures nécessaires à une réalisation, participer à la construction du personnage en s’appuyant sur des indications dramaturgiques et esthétiques, traduire en volume la maquette appuyée des intentions du costumier concepteur. Formé par l’expérience, il a étudié les interprétations de la coupe à travers les siècles et acquis le sens de chaque geste qui fait naître le costume approprié.

Il possède la réactivité nécessaire à chaque situation de création de spectacle, comme à des demandes liées au costume dans toutes ses formes (spectacle vivant ou audio-visuel mais également : installation sur mannequin en muséographie, expertise de pièces anciennes...).

Parcours Costumier, option Réalisation et régie de production 

Cette formation répond à :

- une évolution du métier vers une technicité accrue : introduction de la notion de rentabilité, réduction et éloignement des unités de production de textiles de scène, développement de l’utilisation de l’outil informatique pour archiver, ré-utiliser et louer les costumes,

- un contexte économique : restriction des budgets artistiques et part plus grande laissée à la transformation et à la gestion,

- un besoin de formation administrative et comptable parallèle au coeur du métier technique et artistique,

- un questionnement et un intérêt patrimonial que suscite le costume de spectacle depuis une quinzaine d’années en muséographie et costumes historiques,

- un développement d’ateliers dits volants qui rassemblent une équipe le temps d’une création.

 

Le métier s’exerce dans :

  • le spectacle vivant : théâtre, opéra, cirque, danse… notamment lors de reprises de spectacles ou lors de projets de coproductions entre plusieurs lieux de diffusion.
  • l’audiovisuel : TV, cinéma… pour la gestion des costumes créés pour les rôles et loués pour de la figuration.
  • la muséographie : installation d’expositions, participation à l’identification et/ou au stockage de vêtements et/ou de costumes.
  • la gestion de stocks de costumes : théâtres, lieux de spectacle, compagnies privées et aussi institutions publiques tels la BNF ou le CNCS (Centre National des Costumes de Scène).

 

A l’issue d’une année d’études, le costumier est capable d’appréhender les différentes fonctions de la production de costumes de spectacle, historiques et contemporains, à travers :

- des compétences organisationnelles et d’encadrement : implantation d’atelier, gestion d’équipes et de la qualité, planification de production.

-  des savoirs faire techniques : ceux de coupe, réalisation, pratique de certaines spécialités costume (tailleur, couture floue, corsetterie, structures …) et techniques de métiers connexes (broderie, chapeau...)

- des savoirs transversaux de régie de production: reprise de spectacle, stockage et archivage informatique, mannequinage, identification de pièces anciennes….

 

Pré- requis pour candidater :

Pour être autorisé à se présenter, le candidat en formation continue doit justifier d’une expérience professionnelle d’au minimum trois années dans les domaines de l’art, de la culture ou du spectacle ou dans un domaine connexe ou sur un poste ayant rassemblé partie des compétences du parcours de costumier.

Cette formation délivrant possiblement lors de la sortie de l'année d'étude (sous réserve de la réussite du stagiaire et de son inscription à la licence professionnelle de l'université Lyon2) un diplôme conférant le grade de Licence à son titulaire, le candidat doit disposer à l'entrée d'une formation validant un diplôme équivalent 120 crédits ECTS ou deux années d'études validées après le baccalauréat.

En cas inverse, l'ENSATT propose au candidat de procéder à une démarche de VAP (Validation des Acquis Professionnels) qui permettra à un jury d'apprécier si, par son parcours professionnel antérieur, le candidat a exercé des missions dont les enjeux et la technicité correspondent à ce qui est attendu d'un stagiaire diplômé d'un bac+2.

Si la réponse est positive, le candidat aura la possibilité de se présenter aux examens d’entrée.

Dossier VAP (pdf)

L’examen d’entrée est également ouvert au candidat étranger qui –outre la condition précédente- justifie d’un niveau de maîtrise de la langue française correspondant au Diplôme d’étude en langue française (DELF) niveau C1 du cadre européen commun de référence pour les langues.


Documents à télécharger :

Fiche d'information sur les modalités d'inscription 2019/20 (pdf)

Dossier d'inscription en (pdf)

ATTENTION :

Le dossier d’inscription est à renvoyer, sur support papier, complet et signé au plus tard le 29 mars 2019

à

ENSATT

Service de la Formation Continue (FTLV)

4 rue sœur Bouvier,

69322 Lyon cedex 05

 

Pour plus d’informations, contactez claire.lescuyer@ensatt.fr ou 04 78 15 05 33.


Tarifs 2019/20 :

Le tarif de ce parcours diplômant de 10 mois, de niveau II, est fixé à 8 000, 00 euros TTC pour tout stagiaire pris en charge par un tiers, quel que soit son statut et quel que soit le montant de la prise en charge.

Un tarif réduit fixé à 4 000, 00 euros TTC est applicable exclusivement au stagiaire en situation d’autofinancement individuel.