Pour de multiples raisons, depuis une trentaine d'années, les professions artistiques sont l'objet de nombreuses interrogations et enquêtes : la culture et l'art sont considérés comme un des vecteurs essentiels de croissance ; les populations artistiques manifestent un dynamisme démographique supérieur à celui d'autres catégories d'actifs ; le travail et l'emploi artistiques seraient annonciateurs du futur et notamment des nouvelles formes d'organisation du travail et de l'emploi ; les professionnels de l'art et de la culture apparaissent comme des facteurs de politisation et de remise en cause de l'ordre établi.

Dans cet ensemble de recherches, les étudiants des différentes écoles d'art occupent une place encore seconde. Le plus souvent la formation est envisagée sous l'angle de ses effets différenciés dans les processus de professionnalisation et l'accès aux marchés du travail (Bibliographie sur les formations aux métiers du théâtre). Néanmoins, plusieurs recherches ont été entreprises plus spécifiquement sur les étudiants des écoles de théâtre. C'est l'une d'entre elles concernant plus spécifiquement les étudiants de l'ENSATT
qui vous est proposée ici.

Vous pouvez également consulter la recherche concomitante, dirigée par Serge Proust et Corine Védrine, axée sur l'expérience des étudiants dans différentes écoles supérieures d'art de Lyon et Saint-Étienne.